site web

Explorer les sujets
Suivez-nous Abonnez-vous à notre newsletter

Culture de Paix

La marche de plusieurs collectifs colombiens de Paris à la Cour Pénale Internationale (CPI) de la Haye

par Redaction, avril 7 de 2019.

La marche de plusieurs collectifs colombiens de Paris à la Cour Pénale Internationale (CPI) de la Haye

nombre de autor

par Redaction

Un groupe de citoyens est parti de Paris le 28 mars pour faire une marche symbolique vers la Haye afin d’accompagner les dirigeants politiques et sociaux qui vont porter plainte.

Photo de couverture : Nastassia Kantorowicz Torres

L’assassinat ciblé et systématique des dirigeants sociaux, représentants communautaires, défenseurs(ses) des droits humains, de l’environnement et des territoires en Colombie, a réuni plusieurs collectifs citoyens qui luttent, depuis l’Europe, en faveur de la paix dans le pays. L’objectif de cette marche est de porter plainte à la CPI le 5 avril et de demander l’ouverture d’une investigation pénale à propos de la persécution systématique de ces personnes que l’on appelle couramment des “dirigeants ou leaders sociaux”. Ce sont plusieurs rapports et dossiers qui ont été déposés à la Cour Pénale Internationale. Cet exercice citoyen s’ajoute aux diverses mobilisations sociales qui ont lieu en Colombie actuellement, notamment depuis mars, avec la Minga por la vida, el territorio, la justicia y la Paz.

Cette convergence de luttes s’explique par le besoin d’éclaircir la vérité et que justice soit faite pour ces crimes. L’initiative met en lumière et rend plus visible aux yeux de la communauté européenne cette situation en Colombie, dans le but d’ouvrir des enquêtes qui trouvent et jugent les responsables de ces crimes contre l’humanité. Dans cette optique, un groupe de citoyens est parti du Trocadéro à Paris le jeudi 28 mars pour faire une marche symbolique vers la Haye afin d’encourager et d’accompagner les dirigeants politiques et sociaux qui vont porter plainte vendredi 5 avril à 15h. La marche est passée par huit villes, en France, en  Belgique et aux Pays-Bas. Diverses manifestations culturelles se sont réalisées sur les places publiques,, les marchés, dans les rues ainsi que devant la CPI pour soutenir cette campagne.

Un parcours animé par la Solidarité des Peuples

La devise de cette marche est « Vérité et Justice pour la Colombie ». Des drapeaux colombiens, accompagnés d’un long tissu noir de plusieurs mètres avec le nom de chacun des dirigeants sociaux assassinés depuis la signature des accords de Paix en 2016 avec les Farc, ont été les grands symboles de la marche, attirant la curiosité des passants.


Jeudi 28 au soir, la mairie de la ville de Creil a accueilli les marcheurs sur la place de la Paix. C’est à cet endroit que le groupe a fait une représentation symbolique des crimes et des injustices commises en Colombie. Le comité a hébergé pour une nuit nos courageux marcheurs.

Saint-Quentin a été la deuxième ville par laquelle notre groupe est passé. Le soir du 29 mars une famille leur a proposés de rester chez eux.

Le 30 mars, la marche est arrivée sur le sol Belge et ont dormi à Charleroi. A Bruxelles l’expression artistique et diverses performances théâtrales et musicales ont fait vibrer le rond point Schuman et la Place Flayel, entre autres. Un grand travail de sensibilisation a caractérisé les manifestations. La Maison de la Paix de Bruxelles a soutenu chaleureusement les marcheurs en leur donnant hospice avec de la musique colombienne et des repas typiques.

De même, la marche a reçu le support de plusieurs collectifs citoyens et de plusieurs personnalités politiques colombiennes telles que Gustavo Bolivar, Alirio Uribe, Gustavo Petro, Maria José Pizarro, Antonio Navarro Wolff, etc.

A Bruxelles, les représentants du parlement européen ce sont aussi solidarisés avec les colombien(nes) : Le député Younous Omarjee et la députée Ana Miranda ont invité la communauté européenne à s’intéresser davantage à la question colombienne. Ils ont ainsi proposé la création d’une commission au sein du Parlement de suivi et d’évaluation de l’Accord de Paix colombien.

En solidarité avec les victimes, l’ex candidat présidentiel Gustavo Petro et dirigeant de “Colombia Humana” est venu pour accompagner et donner du courage aux marcheurs durant la sixième journée de marche.

Devant la gare centrale de Rotterdam aux Pays-Bas nos manifestants ont commencé à donner des signes de fatigue après cette dure semaine de marche. Cependant, et malgré la pluie, une courte présentation a été réalisée.

Le soir du 4 avril les marcheurs sont arrivés à La Haye. La mobilisation s’est amplifiée notamment par l’arrivée de nouveaux collectifs et citoyen(nes) colombien(nes) venus du monde entier.

Le vendredi 5 avril, plus de milles personnes étaient mobilisées à La Haye ainsi qu’à Bogota, Pereira, à Paris, Québec ou encore Göteborg, en Suède. Ces manifestations démontrent non seulement l’indignation du peuple colombien mais aussi et surtout la volonté d’agir de manière coordonnée afin de sensibiliser les instances internationales.

La négligence de la part du gouvernement colombien face à ces assassinats et le négationnisme de leur notable augmentation, sont l’inquiétude principale de ces citoyens. La Marche à la Haye est donc un premier pas, une convergence de citoyen(nes) libres et conscients de la crise humanitaire, sociale, économique, environnementale et politique qu’affronte la Colombie et qui mérite d’être entendue par l’ensemble de la communauté internationale.

Résistence

Autres articles

Droits Humains

Recrudescence de la violence en Colombie

par Editor

Malgré la baisse du taux d'homicides en 2017, aujourd'hui les victimes les plus représentées sont les paysans, les leaders sociaux, les minorités ethniques et les excombattants.

Justice Transitionnelle

Le Parquet, un obstacle au processus de paix

par Medófilo Medina

Nestor Martínez, Procureur Général de la Nation, s’est avéré être un farouche opposant au processus de paix, ainsi qu’au processus de justice transitionnelle qu’il représente.