site web

Explorer les sujets
Suivez-nous Abonnez-vous à notre newsletter

Mémoire Historique

[Numéro spécial 2/3] L’importance du mouvement étudiant en Colombie

par Redaction, décembre 16 de 2019.

[Numéro spécial 2/3] L’importance du mouvement étudiant en Colombie

nombre de autor

par Redaction

Nous invitons les lecteurs à comprendre l'importance des mouvements étudiants - au niveau politique et social - à travers d'un exercice de mémoire historique.

Numéro spécial du groupe éditorial Pazport sur les mouvements étudiants en Colombie. La perspective historique et les phénomènes des mobilisation actuelles.

Octobre-novembre 2019
Auteurs : Juan Santoyo, Felipe Páez Barahona, Ricardo Arcos-Palma
Traduction : Laura Martin, Ellen Henao, Angie Rincon, Charlène Brault

La mobilisation sociale en Colombie

En Colombie, comme dans le reste du monde, les revendications des étudiants se sont exprimées par le biais de mobilisations, de marches, de sit-in, de grèves, d’occupations d’espaces publics, ainsi que d’autres actions collectives. Les étudiants interrompent l’ordre public dans le but d’exprimer leur désaccord face aux choix de l’État allant à l’encontre des intérêts de l’éducation. Les mobilisations étudiantes en Colombie ont historiquement souffert de la répression et des affrontements violents avec les forces de l’ordre. Les actes des militaires, des policiers et, depuis 1998, de l’ESMAD (équivalent des CRS), ont coûté la vie à de nombreux étudiants.

Dans une interview accordée à PAZPORT, Cristian Reyes, leader étudiant, porte-parole de l’UNEES (Union nationale des étudiants de l’enseignement supérieur) et représentant du secteur étudiant à la table ronde entre le gouvernement et le secteur universitaire, nous explique le danger des mesures de régularisation des mobilisations sociales souhaitées par l’ancien ministre de la Défense, Guillermo Botero, et par la vice-présidente, Marta Lucía Ramírez. Christian, étudiant en cinquième année de licence de philosophie à l’université Libre de Bogota, affirme que le droit de manifester est fondamental pour la démocratie dans le pays. Leur interdiction ou leur régularisation, proposées par le sénateur Jonathan Tamayo, s’attaquent à la liberté d’expression des Colombiens. En effet, présenter les mobilisations comme des actes de troubles à l’ordre public et de violence inadaptée menace l’action politique et la conscience sociale d’un pays dont l’accès à l’information dépend essentiellement des médias publics.

Noticias Caracol – Gobierno prepara iniciativa para regular la protesta social.

Face à la volonté du gouvernement Duque de réglementer le droit de manifester, des étudiants colombiens résidant à l’étranger ont exprimé leur soutien par le biais de communiqués et de sit-in. « L’aide depuis l’extérieur est fondamentale. La solidarité qui s’exprime à distance trouve un écho à l’intérieur du pays et parvient à atteindre ceux qui sont dans le pays […] Cela motive les mouvements étudiants ainsi que les mouvements sociaux et populaires évidemment », exprime Cristian.

Comunicado desde Paris al gobierno colombiano

À lire aussi : Mouvements étudiants et tournants historiques

Autres articles

Justice Transitionnelle

Le Parquet, un obstacle au processus de paix

par Medófilo Medina

Nestor Martínez, Procureur Général de la Nation, s’est avéré être un farouche opposant au processus de paix, ainsi qu’au processus de justice transitionnelle qu’il représente.