site web

Explorer les sujets
Suivez-nous Abonnez-vous à notre newsletter

Genre

DES VIOLENCES EXERCÉES CONTRE LES FEMMES IMPUTABLES À LA FORCE PUBLIQUE

par Acción Colectiva de Objetores y Objetoras de Conciencia, février 28 de 2020.

DES VIOLENCES EXERCÉES CONTRE LES FEMMES IMPUTABLES À LA FORCE PUBLIQUE

nombre de autor

par Acción Colectiva de Objetores y Objetoras de Conciencia

Traduction de l’espagnol de Colombie : Martha GARCIA VEGA Lily COLOMBET

L’Acción Colectiva de Objetores y Objetoras de Conciencia, est une organisation de défense des droits de l’Homme et une plateforme digitale de journalisme d’investigation et données (DATASKETCH). Elle a publié, en Colombie une édition spéciale en format multimédia : « violences invisible exercées par des agents de la Force Publique » qui met en évidence les effets de la « masculinité militarisée » sur la vie et corps des femmes.

Des données récoltées depuis cinq ans par le biais de différentes sources institutionnelles ainsi que des récits des femmes et des contenus journalistiques attestent de la violence que les agents de la Force de l’Ordre en Colombie exercent contre leurs conjointes. Ces agressions sont persistantes, et elles peuvent aller jusqu’au féminicide avec pour seule conséquence l’impunité pour le coupable.

De 2015 à 2018, 1990 membres de la Force Publique colombienne ont été objet d’une enquête judiciaire pour violence à l’encontre d’une femme, 34 ont été privés de leur liberté, certains n’ont passé que quelques heures en détention selon les données du Parquet qui alerte sur le « sous-enregistrement considérable de l’information. »

Les violences exercées pendant le mariage ou la vie en couple des agents de la Force Publique a certaines particularités, étant donné qu’elles comprennent l’usage de leur arme et de leur rang hiérarchique comme outils d’intimidation. Lors les agressions physiques, ils ont aussi recours à des pratiques provenant de l’entrainement militaire.

Pour porter plainte ou pouvoir se faire protéger, les femmes victimes de violences font face à de nombreux obstacles. L’avocate Natalia Alvarez fait remarquer la difficulté que représente ne serait que le mécanisme pour en arriver à entamer les démarches « Comment, peut-ont dire à une victime qu’elle sera protégée par la police si son agresseur est un policier ? »

Les données de la Médecine Légale, de 2015 à 2018, permettent d’établir les différentes modalités de cette violence ; les membres de la Police Nationale représentent le nombre le plus important de violence contre de femmes âgées. Ils sont suivis par les membres de la sécurité privée. La plupart des présumés délits sexuels sont perpétrés par des membres des Forces Militaires.

Selon le contexte des faits, la violence interpersonnelle est la plus exercée notamment au sein des garnisons militaires et/ou de la Police. En deuxième position se trouve la violence intrafamiliale, qui met en évidence la violence à l’intérieur des logements de fonction mis à disposition des familles  des militaires lors d’une mutation.

Entre 2015 et 2017 498 femmes ont été victimes d’homicides par des agents de la Force Publique, selon le registre de Médecine Légale. Les récits des membres de la famille mentionnent que plusieurs cas de féminicide ont été commis avec l’arme de service.

Il est possible de parcourir le multimédia « violencias invisibles ejercidas por agentes de la Fuerza Pública » pour comprendre le fond des violences contre les femmes exercées par les membres de La Force Publique en Colombie, ainsi que les schémas de violence qui peuvent se répéter dans d’autres armées dans le monde, sujet sur lequel il-y-a peu de recherche.

Autres articles

Post-accords

De la haine à la guerre il n’y a qu’un pas

par Redaction

En ces temps d’inquiétude et d’incertitude face à la décision de quelques membres de la guérilla des FARC-EP, nous devons prendre position avec lucidité et altruisme.

Droits Humains

Recrudescence de la violence en Colombie

par Editor

Malgré la baisse du taux d'homicides en 2017, aujourd'hui les victimes les plus représentées sont les paysans, les leaders sociaux, les minorités ethniques et les excombattants.

Négociations avec l'ELN

Les difficultés pour négocier la paix avec l’ELN

par Luis Eduardi Celis

Les tentatives frustrées de négociation entre la Colombie et la guérilla de l’ELN (Armée de Libération Nationale) datent d’une trentaine d’années.