site web

Explorer les sujets
Suivez-nous Abonnez-vous à notre newsletter

Post-accords

Communiqué de presse et à l’opinion publique sur la grève générale en Colombie

par Citoyennetés pour la paix de la Colombie, mai 6 de 2021.

Communiqué de presse et à l’opinion publique sur la grève générale en Colombie

nombre de autor

par Citoyennetés pour la paix de la Colombie

Le peuple colombien est en grève générale depuis le 28 avril.

En tant que membres de Citoyennetés pour la paix en Colombie association de colombien.ne.s habitant en Colombie et à l’étranger nous appelons la communauté internationale à se prononcer contre la violence policière que subit le peuple colombien de forme systématique, l’exigence du démantèlement de l’ESMAD ainsi qu’une restructuration profonde des forces de l’ordre.
De même nous nous prononçons contre la violation systématique des droits humains commise contre les dirigeant.e.s sociaux, les membres de l’opposition, et les signatair.e.s des Accords de paix dénoncés par plusieurs ONG depuis des années.
Nous faisons appel au soutien de la communauté internationale : votre soutien est plus que jamais essentiel et nécessaire pour faire pression pour que le gouvernement colombien s’engage, pour de vrai, à respecter le processus de paix, les droits humains et la dignité, et pour l’exécution transparente du budget Européen destiné à soutenir la paix en Colombie.
Qu’en pouvez-vous faire ? Parlez-en à vos proches et autour de vous ; restez informés sur l’usage du budget européen versé en Colombie et ailleurs.
Alors que la Colombie crie : au secours ! Nous comptons, plus que jamais, sur la solidarité de nos ami.e.s français.e.s et européen.e.s, au nom de la dignité humaine et de la liberté.

Le 28 avril 2021 le peuple colombien est sorti dans les rues pour exiger au gouvernement d’Iván Duque Marquez, son actuel président, la suppression du projet d’une nouvelle réforme fiscale injuste qui cherchait à augmenter les impôts de la classe moyenne et la TVA des produits de première nécessité, passant de 5 à 19%. Le peuple colombien est en grève générale depuis ce jour.
Malgré la peur de la contagion, des milliers de colombiens sont
sortis manifester dans toutes les villes et coins du pays, quelque
chose inédite. La proteste concerne non seulement la réforme fiscale, mais toute la politique du gouvernement et du parti majoritaire le Centre Démocratique, qui a bloqué l’application des Accords de Paix signés par le gouvernement précédent, pour ne pas protéger des défenseurs des droits humains et des défenseurs de Droits Humains, qui sont assassinés presque quotidiennement (plus de 450 depuis 2016) et par la corruption en tous genres qui a caractérisé son gouvernement.
Les manifestants exigent un revenu universel de base pour les communautés rurales et indigènes et pour la population de basses ressources qui ont souffert davantage des conséquences de la pandémie.

Alerte sur la violation des Droits humains dans le cadre de la grève générale en Colombie de 2021

Dans sa majorité les manifestations ont été pacifiques et même artistiques. Cependant elles ont été obscurcies par
quelques actes de vandalisme par une minorité et par quelques infiltrés. Avant des actes violents, la police est intervenue faisant un usage disproportionné de la force en tirant même à balle réelle sur les
manifestants. Le solde augmente chaque heure, après 8 jours de grève est d´au moins 37 morts, plus de 400 personnes mutilées ou blessés, 831 arrestations arbitraires, 10 femmes victimes de viols sexuels, 89 personnes arrêtées disparues, en plus des centaines de perquisitions sans aucune raison. L’usage démesuré de la force par la police, l’armée et l’ESMAD (appellation des CRS en Colombie), n’est pas un fait isolé. Lors de la grève nationale du 21 novembre 2019 les manifestations ont été entravées par des affrontements, des attaques et des meurtres commis par les forces de l’ordre elles-mêmes.

Le plus surprenant, ces actions ont été justifiées, voire applaudies, par des parlementaires et des commandants de l’armée colombienne. Les déclarations les plus graves viennent de l’exprésident de la Colombie Álvaro Uribe Vélez, lors de son tweet du 30 avril 2021 incitant à l’usage des armes contre la population civile par les forces de l’ordre, suite aux événements du 28 avril.
Le 2 mai, le gouvernement a décidé de retirer la réforme de la loi des finances comme une stratégie pour apaiser les tensions et écrire une nouvelle sans dialogue avec les représentants syndicaux. Cette stratégie cherche à détourner l’attention afin de faire passer comme si rien n’était, cette injuste réforme. Cependant pendant la nuit du même jour, la police et des véhicules non identifiés ont tiré à nouveau sur des citoyens avec des mitraillettes, laissant des nouveaux morts et blessés.

Photographie : Luis Carlos Ayala
@LuisCarlosA85

Colombie en paix, Dignidad, Loi fiscale Colombie, SOS Colombie

Autres articles